Le CAP NORD – 71° 10′ 21

Plus de 15 ans que j’en rêvais. Pourquoi ? Aucune idée.
Peut-être juste parce que c’est un cap…
Le vrai Cap Nord

Le vrai Cap Nord © Y.Gruffaz

En 1988, j’aurais dû doubler le Cap Horn (tiens, presqu’un anagramme), la vie en a décidé autrement.
Il aura fallu un Syndrome de Guillain-Barré pour me décider à partir.

Deux mois et dix jours de voyage à travers l’Europe pour atteindre le point le plus septentrional de notre continent.
Et avec un moyen de transport que je n’aurais pas imaginé il y a quelques années :
un FTT, comprenez Fauteuil Tout-Terrain.
 
Si mon projet était de faire le tour de l’Europe avec ce Quadrix, le but était avant tout :

  •  de rejoindre le Cap Nord, par les chemins et sentiers…Idée que j’ai vite abandonnée, vu la difficulté de trouver les chemins adaptés, qui plus est, avec une météo exécrable.
  • en rechargeant mes batteries chez les gens que je croise…Aucune difficulté pour cela, même si j’ai essuyé quelques refus, non par des particuliers, mais par des commerçants… qui s’inquiétaient de ce que cela pourrait leur coûter (même en France). Presque toutes les personnes chez qui j’ai rechargé mes batteries m’ont offert à boire, et la plupart à manger.

Merci à tous ces « inconnus » qui m’ont accueilli.

  • en dormant chez l’habitantSi ça a été quelques fois un peu compliqué, toujours à cause de la météo, personne dehors, et j’étais tellement trempé et sale que je n’osais même pas frapper aux portes, c’est tout de même le point le plus positif de cette première moitié de voyage.Entre les gens à qui j’ai demandé à recharger mes batteries, puis plus tard à dormir chez eux, ceux chez qui j’ai frappé tard dans la soirée pour demander un hébergement, et ceux qui m’ont spontanément proposé l’hospitalité, j’ai fait de très belles rencontres.
À cela il faut ajouter le couchsurfing, hébergement chez l’habitant proposé sur Internet.
Autant de moyens de découvrir la vie des gens dans les pays que j’ai traversés.Ce sont toutes ces soirées chez l’habitant qui m’ont fait tenir le coup.
Parce que plus d’une fois j’ai failli abandonner !
Rouler sous la pluie, par 0° ou 5°, être couvert de crasse projetée par tous les véhicules qui me croisent ou me doublent. Avoir les mains gelées en permanence, avoir du mal à ouvrir mes sacs, ne pas pouvoir utiliser mes caméras. Il fallait être motivé pour continuer.
  • En filmant mon périple et mes rencontres…Pour ça, il va falloir attendre une meilleure météo, jusqu’ici le mauvais temps ne m’a pas permis de filmer grand-chose. Mais le voyage n’est pas fini, le Cap Nord était une étape, je l’ai atteint le 22 Mai 2015.
Et comme récompense après plus de 2 mois de galère, j’y suis arrivé le seul jour où il fait beau.
Ce matin à mon réveil à Honningsvag, vers 7 heures, le ciel est totalement bleu, pas un nuage. Mes hôtes tardent à se lever, alors à 8 heures 30 je leur laisse un mot pour leur dire que je veux profiter du beau temps pour voir le Cap Nord.Quelques nuages se forment, mais rien de méchant. Il n’y a pas de vent et il ne fait pas trop froid.
Certainement la plus belle journée depuis mon départ de Castelnau de Guers. 
35 kilomètres en ne voyant quasiment personne, je ne serai certainement pas seul mais on est loin de l’afflux de touristes de l’été.
Mageroya - Cap Nord

Mageroya – Cap Nord © Y.Gruffaz

 
Mageroya, l’île sur laquelle se trouve le Cap Nord, est magnifique.
Très montagneuse, parsemée de lacs, en partie couverte de neige en cette saison, j’y croise quelques rennes, qui s’enfuient avant que je n’ai le temps de les photographier.
 
Mageroya

Mageroya © Y.Gruffaz

 
À mon arrivée, vers 10 H 30, les guérites de péages ne sont pas ouvertes, l’entrée est donc gratuite.
À peine arrivé sur le parking, je suis accueilli et photographié par les camping-caristes déjà sur place.
Une allemande m’invite à boire le thé dans son camping-car. En attendant l’ouverture des boutiques, je suis l’attraction.
Séance photos pour immortaliser cette journée, puis shopping (cartes postales, souvenirs à offrir,…), je demande ensuite à recharger mes batteries, ce qui une fois de plus ne pose aucun problème.
Pendant la charge, je vais voir le film qui retrace les 4 saisons au Cap Nord.

 

Castelnau de Guers au Cap Nord

Castelnau de Guers au Cap Nord © Y.Gruffaz

14 heures, je reprends la route pour Honningsvag. À partir de là, je suis sur la route du retour.
Le Cap Nord, c’est déjà du passé…
Yves.

17 commentaires sur “Le CAP NORD – 71° 10′ 21

  1. Claudie

    Coucou Yves,
    Je suis vraiment très contente que tu sois arrivé à ton but, bravant la pluie, la neige et le froid !…
    Bravooooooooooooooooooo
    Que ton retour soit plus agréable que l’aller !
    Bises et à bientôt.
    Claudie

    Réponse
  2. Marie-Laure

    Hello Yves,
    Je suis très heureuse pour toi.
    Il est certain que ce périple aurait été tout autre avec une météo plus clémente…. mais tu n’as pas renoncé, bravo!!
    Je te souhaite tout le meilleur pour le retour 😉

    Réponse
    • Yves Post author

      Merci Marie-Laure,
      Avec du beau temps j’aurais beaucoup plus filmé, mais j’aurais peut-être moins apprécié l’arrivée au Cap Nord…
      Bises et à bientôt
      Yves

      Réponse
  3. Bompy

    Salut Yves, c’est magnifique tu es l’homme le plus heureux du monde je te félicite d’avoir fait déjà tout ce chemin, le retour ça decend fait attention aux excès de vitesse avec ton bolide bonne continuation
    A+
    Sylvain

    Réponse
    • Yves Post author

      Merci Sylvain,
      pour les excès de vitesse, je fais tout mon possible 😉
      Et merci pour l’idée du panier pour les chargeurs, c’est génial !!!
      À bientôt
      Yves

      Réponse
  4. Cédric

    Bonjour Yves,
    Un immense BRAVO pour cette étape décisive de ton périple, et avec du beau temps! Mais nous n’oublions pas que tel ne fut pas le cas tout au long de ton parcours. Quel courage!
    Nous espérons que les conditions soient bien plus clémentes pour la suite et attendons avec impatience les prochaines nouvelles!
    Bonne route.

    Réponse
    • Yves Post author

      Bonjour Cédric,
      Un seul jour de vrai soleil, et c’était le bon.
      Le lendemain, tempête de neige, pluie glaciale pour renouer avec le quotidien du voyage.
      Mais ça finira bien par s’arrêter.
      À bientôt
      Yves

      Réponse
  5. Jipé

    Salut Yves !
    Courage à toi pour le retour.
    Continue de profiter des bons instants que t’offre ton aventure et te permettent, à toi, de recharger tes « batteries ».
    A bientôt
    Chaleureusement – Jipé

    Réponse
    • Yves Post author

      Salut Jipé,
      Encore quelques jours de froid et ça devrait aller mieux pour la météo.
      Mais je suis toujours dans le Nord…
      À bientôt
      Yves

      Réponse
  6. CELLINI Bruno

    « On ne s’aperçoit pas toujours que l’on parcourt chaque jour un nouveau chemin. »

    Sacré Yves , tu es arrivé au bout de ton rêve, avec toutes ces belles rencontres.
    Reviens nous vite et en forme, pour nous raconter tout çà en sirotant une bière rue Parnasse.
    Nous pensons à toi.
    Bisous
    NB: il est beau le drapeau de Castelnau!!!

    Réponse
    • Yves Post author

      Je rentrerai plus tôt que prévu, fais chauffer le barbecue et mets des bières au frais…
      Bien sûr qu’il est beau ce drapeau 🙂
      À bientôt
      Yves

      Réponse
  7. Constance

    Merci pour les photos qui donnent vraiment envie. Le retour va vous offrir tout autant d’occazs de belles rencontres. Si vous passez par Paris, faites signe !!!

    Réponse
    • Yves Post author

      J’espère que pour les rencontres ce sera toujours aussi sympa.
      Pour Paris, je ne suis pas sûr que j’aurai le courage, ou l’imprudence, de traverser cette ville…
      À bientôt
      Yves

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *