L’accueil en Europe

3 mois et demi sur les routes d’Europe                                                                                            

110 jours exactement

Le but au départ, c’était d’aller au contact des gens.
Pas le choix puisqu’il me fallait recharger mes batteries.
Avec une autonomie d’une centaine de kilomètres, mes premières étapes ne dépassaient pas cette distance.
Et mes 4 premiers hébergements étaient programmés.

Le centre de rééducation PROPARA le 1er soir, un hôpital d’Arles le 2e, et chez des amis les 3e et 4e soirs.
Mais pour mon 4e jour de route, le Lundi 16 Mars, j’avais programmé une longue étape, de Saint Rémy de Provence à Cotignac dans le Var.
Ce qui m’obligeait à faire une 1ère recharge intermédiaire.
Vers midi, en traversant le village du Puy-Sainte-Réparade, dans les Bouches du Rhône, je m’arrête au bar du coin, le Café du Nord, où on accepte sans problème que je branche mes 3 chargeurs.
Après plus de 70 km de route, il faut 3 heures pour faire le plein.
J’en profite pour manger, comme je le ferai à chaque fois que je rechargerai mes batteries dans un restaurant, ça me semble être la moindre des choses en remerciement du service qu’on me rend.
Je précise tout de même qu’une recharge complète, après 100 km, revient à moins de 30 centimes d’euro et  dure 4 heures.
Je m’arrête généralement après 50 km, 2 heures étant un temps suffisant pour discuter avec les gens qui m’accueillent. Soit moins de 15 centimes d’électricité.
Mais revenons au Café du Nord où on me sert un très bon steak accompagné de frites et d’une salade composée (salade verte, tomates, concombres,…), accompagné d’une boisson gazeuse américaine…
Copieux et très bon.
Tout en mangeant je raconte mon voyage, qui débute à peine, au patron et aux clients.
Parce qu’évidemment, le Quadrix garé devant la porte intrigue.
Et quand je demande la note, le patron me répond qu’il m’offre le repas… Il est le premier d’une longue série de gens qui m’ont offert bien plus que je ne leur demandais.
En Allemagne, chez Alicja

En Allemagne, chez Alicja

En Lituanie

En Lituanie

 
    Au moment de partir il tombe quelques gouttes de pluie et un client me propose, et insiste, pour que je dorme chez lui et que je reparte le lendemain.
    Je refuse parce que je suis attendu le soir chez un copain, dernière nuit programmée avant de partir à l’aventure.
    Pendant ces 110 jours de voyage, je me suis arrêté 2 ou 3 fois par jour, pour recharger mes batteries.
     Chez des particuliers, dans des restaurants, des commerces, des entreprises,… à chaque fois on m’a offert à boire et à manger, et pas des petits casse-croute, de vrais repas, quelle que soit l’heure.
    Dans les pays étrangers, beaucoup de restaurants ont refusés que je paye mon repas.
    J’ai dormi la plupart du temps chez l’habitant. Parfois en utilisant le couchsurfing, site internet d’hébergement gratuit chez des particuliers.
    Mais surtout en demandant aux gens que je rencontrais, en frappant aux portes, et aussi en acceptant des invitations spontanées.
    Comme le jour où une automobiliste allemande m’a arrêté sur la route pour me proposer de dormir chez elle.
    Il faisait beau, j’avais décidé de bivouaquer, mais j’ai accepté son invitation. 
Sandra et Roger, mes hôtes en Allemagne

Sandra et Roger, mes hôtes en Allemagne

    Si j’ai eu un temps exécrable tout au long de mon voyage, j’ai par contre bénéficié d’un accueil bien plus chaleureux que tout ce que j’aurais pu imaginer.
    À part quelques exceptions, en Italie, au Danemark et en France, où on m’a refusé la recharge de mes batteries (et pas sympathiquement), j’ai toujours reçu un accueil exceptionnel. Même dans ces 3 pays.
    En échange de cet accueil, je proposais aux gens des boucles d’oreilles en origami, et parfois des cadeaux plus conséquents.
    Il m’est aussi arrivé d’inviter mes hôtes au restaurant, mais ça n’était pas une bonne idée, bien souvent ils refusaient que je paye. Ce qui m’a permis de découvrir qu’en Estonie, le serveur apporte autant de notes qu’il y a de personnes. Payer pour les autres ne se fait pas. Ça évite ce genre de sketch… l’addition de Muriel Robin.

6 commentaires sur “L’accueil en Europe

  1. Paul Pichot

    Salut Yves !

    Quel plaisir de te lire ! Je suis content que tout ce soit bien passé pour toi. Tu as reçu un bel accueil en Europe et ça ne m’étonne pas !

    Félicitations à toi pour cette belle aventure et à bientôt,

    Paul.

    Réponse
    • Yves Post author

      Salut Paul,
      On a failli se rencontrer en Hongrie je crois, je montai avec le mauvais temps, tu descendais avec le soleil,… j’ai continué avec la pluie, toi avec ton soleil…
      La question qui me vient naturellement c’est « Et maintenant ? Quel projet ? »
      À bientôt
      Yves

      Réponse
  2. marine

    Vraiment chouette aventure yves, je suis vraiment contente pour vous de ce projet! vous êtes de retour alors? ou vous continuez le voyage? C’est super d’offrir des boucles d’oreille en origami, vous laissez comme ça de jolis souvenirs aux gens que vous rencontrez!!
    A bientôt,
    Marine (l’ancienne interne de Propara)

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *